Achetez Challenges la semaine prochaine !

Une chronique de Nos phobies économiques sera publiée dedans. Il se pourrait même qu’il y ait des photos de nous… Bon, ok, habillés.

EDIT : L’article de Challenges est lisible ici.

Share Button

9 Commentaires

  1. Maintenant que votre célébrité est acquise et que vous faites la tournée des média traditionnel, vous avez semble-t-il délaissé l’analyse économique pour "Gala". Je vais cesser d’occuper une case dans ma page d’accueil Google pour avoir un succédané de télé Z ! Dommage, j’ai beaucoup aimé les saisons précédentes …

    Réponse de Stéphane Ménia
    Nous aurions délaissé l’analyse économique ? Pendant dix ans, nous avons eu des périodes de creux et d’autres actives ou très actives. Car, voyez-vous, nous avons une vie, avec des journées de 24 heures et des moments plus libres que d’autres, comme vous sûrement. Vous pouvez trouver que nous ne publions plus assez sur le site (ce que nous pensons aussi), mais de quel droit vous permettez vous de parler de Gala ? Vous parlez de « média traditionnels » ? Le terme semble péjoratif et laisse supposer que vous préférez les « media alternatifs » dont nous étions, j’imagine, jusqu’à peu, des représentants dans votre esprit. On doit en déduire que voir les média traditionnels intégrer les intervenants de vos lectures de référence ne vous convient pas. Je cherche la cohérence… En ce moment, nous faisons la promo du travail d’une année pour avoir l’occasion de le continuer. Si vous êtes prêt à acheter 10 000 exemplaires du livre, alors c’est promis, fini les media. Quant à notre « célébrité » toute relative, elle était déjà acquise. A croire que vous n’avez pas bien suivi les précédentes saisons. En gros, vous téléchargez depuis des années, mais vous nous reprochez d’insérer de la pub au milieu ; une pub tout à fait zappable du reste. Je ne saurais trop vous conseiller le chapitre intitulé « Le gratuit, c’est louche ! » dans notre bouquin…

  2. Gala ? pourquoi Gala ? On nous cache quelque chose? Ah…22H05 : les commentaires viennent de fermer sur le site du F ! Simone !mon astuce!…Qu’est-ce que je vais faire de mon astuce maintenant ?

  3. Monsieur Ménia,

    trop d’égo tue l’éco. Cette mauvaise formule pour vous dire que je trouve que vous faites beaucoup trop le malin, surtout dans vos réponses aux commentaires.

    Réponse de Stéphane Ménia
    Eh, eh… peut-être est-ce parce que je suis franchement malin, mais que votre intellect limité ne s’en rend pas compte. Oh oh…

  4. Votre livre doit bien marcher car ce matin, dans la plus grande librairie de Bordeaux, j’ai attrapé de justesse le dernier. Est_ce l’effet Challenge où l’effet éconoclaste? En tout cas, à la lecture des premiers chapitres, je sais que vous avez réussi un bel " exorcisme"

    Réponse de Stéphane Ménia
    Merci, ça fait plaisir ! Heureux que vous soyez content, à ce stade, de votre achat. Pour ce qui est des ventes, difficile de dire où elles en sont. Notre seul indicateur est le classement Amazon, ce qui est très limité. De ce point de vue, rien d’extraordinaire, sauf dans les tous premiers jours après notre passage sur Service Public. [Edit:] Alors, apparemment, 24 heures après la sortie, l’effet Challenges a été probant, d’après le classement Amazon…

  5. Cela fait quelques années que je vous suis et j’observe que le blog content de + en + d’auto-promo (pour les bouquins, les passages radio ou presse) et que le ton se fait parfois plus cassant vis-à-vis de certaines interventions. Est-ce le revers d’une notoriété naissante? Pour être plus direct, avez-vous pris la "grosse tête"?

    Réponse de Stéphane Ménia
    On en prend surtout plus plein la tête, avec des procès d’intention qui sont aussi attendus que désagréables et injustes. Or, il se trouve que je n’ai pas l’intention de fermer ma gueule sous prétexte que ce serait mauvais pour mon image et ma notoriété à venir. Donc quand on se fait latter, on latte. Cela ne date pas d’hier, du reste. Le plus impressionnant pour moi c’est qu’Alexandre, fort mesuré au demeurant, s’y est mis aussi. Quant aux questions de promo, je vous renvoie à ma réponse au dessus à un commentateur consommateur de gratuit. Quand les gens comprendront que nous avons une vie, ils comprendront que nous ne puissions pas leur donner tout le temps les mêmes choses. Nous le regrettons, mais nous n’allons quand même pas nous en excuser. Si éconoclaste est nul, il ne faut plus lire, c’est tout. C’est ce que je fais quand un blog ne m’intéresse plus. Il y aura de nouveau des contenus plus nourris sur ce site, mais pas avant un petit moment. Et ce n’est pas un problème de promo ou de grosse tête. Après, je ne peux pas vous convaincre si c’est ce que vous pensez en votre for intérieur…

  6. Merci pour la réponse que j’espérais à peine, quoique … "Si éconoclaste est nul, il ne faut plus lire" -> ça n’est pas mon propos, c’est même le contraire puisque je continue à vous lire. Ma remarque n’avait en ce qui me concerne aucun caractère vindicatif et vous avez raison de latter les grosses buses qui vous polluent l’existence avec leur remarques à la mord moi le Nxxxx.

    Réponse de Stéphane Ménia
    Je vous ai répondu parce que je n’ai pas senti votre propos vindicatif…

  7. Il me semble que c’est là un effet inévitable du fonctionnement d’un blog comme le vôtre, du moins c’est l’expérience que j’en ai : il se crée à la fois une relation affective entre vous et vous lecteurs, et une sorte de dépendance. Je vous lis depuis longtemps, et j’ouvre votre blog chaque jour comme je consulte mon courrier : plaisir d’y trouver un nouveau billet, petite déception s’il n’y a rien de neuf . Et quand une période de creux se prolonge, j’ai envie de vous faire signe : façon de vous dire, si vous êtes un peu à plat : "Hé les gars, ça va ? On ne vous oublie pas!". mais aussi, égoïstement :"Allez, fournissez ! Je suis en manque !". Mais je me dis que pour vous, ce lieu stimulant doit parfois être un poids, quand le reste vous occupe davantage, et que des remarques doivent charger la barque…D’ailleurs parfois on vous sent à cran(ce qui est un peu votre "fond de commerce" : vous avez choisi d’être "clastes"), et quelqu’un se fait ramasser un peu rapidement. Mais la durée, la qualité, l’absence de superficiel de votre travail vous assurent une fidélité tonique, et vos livres,"bousculeurs" et sérieux, une belle estime.
    En somme, courage ! Continuez messieurs ! C’est bien ce que vous faites !
    Bon,excusez, j’ai un peu anticipé l’heure de l’apéro, je me répands…

Commentaires fermés.