Passage radio France Culture (actualisé avec thème exact de l’émission)

Alexandre sera l’un des invités de Caroline Broué et Olivier Pastré lundi 27 octobre dans l’émission L’économie en questions. Le thème de l’émission sera  »La crise touche-t-elle les économistes ?’.

Share Button

1 Commentaire

  1. Ai ecoute l’emission, c’etait vraiment fouilli mais Alexandre s’en est ma foi tres bien sorti (sans trop se mouiller):

    – J’ecoute souvent l’emission, je ne suis pas sur que Caroline Broue apporte grand-chose, elle et son anthropologue ont passe leur temps a brandir les "modeles mathematiques" comme la cause de tous les maux sur terre. C’est comme si ne connaissant pas le metier d’economiste ils fantasment sur leurs activites reelles.
    – J’ai beaucoup aime l’explication didactique que les modeles ne sont pas la realite. Pour renforcer le message, aurait-il fallu dire que ce qui a peche dans cette crise c’est plutot des problemes d’agence, des comportements a la limite de la loi (structures hors-bilan), des incentives contre-productifs (commissions des agences de notation qui encouragent a la notation des pires produits exotiques – voir email sur les produits structures par les vaches qui circule en ce moment).
    – L’emission oscillait constamment entre la crise actuelle et le vrai sujet qui etait de savoir si les economistes ont failli a leur mission, dur a suivre!
    – Quelquefois les auditeurs auraient eu besoin de plus d’explications, comme sur la problematique de la mesure (quelles sont les mauvaises utilisations du PIB et qui en fait l’usage)
    – Il est difficile de dire que les economistes ne peuvent pas prevoir, meme si toutes les previsions doivent consister en "si…alors…" les economistes sont bien payes par des banques contre un travail qui inclut entre autres de faire des predictions.
    – La reflexion sur l’adoption par les hommes politiques d’idees economiques etait tres interessante. Il est vrai qu’en terme de marketing politique un candidat a tout interet a se demarquer du reste en adoptant des positions tranchees, et peut-etre des lors dogmatiques. La genese du programme economique de Reagan a surement du etre analysee quelque part et il serait interessant de voir si ce type de raisonnement fut part de la decision.

    Réponse de Stéphane Ménia
    A propos des prévisions, « notre » argument dans le livre est que s’il y a des gens payés à prévoir dans les banques ce n’est pas pour les prévisions elles-mêmes, mais pour envoyer un signal aux clients et pour la possibilité de passer dans les médias gratuitement.

Commentaires fermés.