Les jeunes et le FN vu par le Figaro. Qu’est-ce qu’on rigole…

fnjeunes

Si vous êtes journaliste, quoi de mieux que des statistiques pour appuyer vos thèses préparées à l’avance ? Des statistiques foireuses. Mais il y a des limites.
C’est le week-end, un peu de légèreté.

Dans un article a priori intéressant du Figaro, on lit :

« Fait notable et pourtant peu relevé, le FN, qui autrefois séduisait majoritairement les seniors, est devenu, à l’occasion des élections européennes, le premier parti de France chez les moins de 35 ans: 30 % d’entre eux ont en effet voté pour les candidats du Rassemblement Bleu Marine. »

C’est vrai. Enfin, je suppose, je n’ai pas vraiment suivi de près les élections européennes. J’ai même dormi tôt le dimanche soir, après un week-end consistant. Je ne crois pas me souvenir que cette montée du vote des jeunes pour le FN soit récente, mais passons. Le score relatif en soi doit être effectivement historique.

« Un chiffre impressionnant, que beaucoup d’observateurs ont mis sur le compte de l’abstention (les trois quarts des 18-24 ans ne sont pas allés voter), mais qui mérite au moins une tentative d’explication. »

Sans aucun doute. On attend l’explication, basée sur… sur quoi d’ailleurs ? Si je me souviens bien du paragraphe précédent, on me parlait des moins de 35 ans. Et soudain, on évoque les 18-24 ans. Changer de population de référence pour la même analyse, c’est pas bien du tout. Ça commence à sentir le bullshitting.

Pas grave. Je sais m’adapter. On va donc analyser, si j’ai bien suivi, le comportement électoral d’une sous-population : celle des 18-24 ans qui votent. Ça reste intéressant, c’est clair.

« Le fait que les jeunes ne se soient pas déplacés alors que tout indiquait que le FN allait faire un très bon score n’est-il pas déjà un signe? Pourquoi ces derniers, qui sont censés être davantage «tournés vers l’avenir» et «ouvert sur le monde» que leurs aînés, ont-ils majoritairement plébiscité le parti qui est présenté comme celui de la réaction et du repli sur soi? »

Dis-moi… ils ne se sont pas déplacés et ont majoritairement plébiscité le FN ? On est en pleine théorie quantique mal digérée.

« Et si les causes de la progression du FN chez les jeunes étaient plutôt à chercher, comme chez leurs aînés, du côté des multiples fractures françaises? »

Bon, je vous le réécris sans les errements statistico-logiques :

« Et si la progression du FN chez les 25% de jeunes qui se sont déplacés pour voter étaient à chercher du côté des multiples fractures françaises et de leurs problèmes, réels et intéressants à comprendre (même si c’est assez évident, mais je spoile un peu) ? Pour les 75%, on verra plus tard. »

Bon, allons-y pour les multiples fractures :

« La première d’entre elle et la plus spécifique à la jeunesse est la fracture générationnelle. Comme le révèle l’enquête «Génération quoi?» sur les 18-34 ans publiée par Le Monde, les jeunes ont le sentiment d’appartenir à une génération «perdue», «sacrifiée» ou encore «désabusée». Avec 24% de chômeurs, des difficultés à se loger, et des années à piétiner au seuil du marché du travail en multipliant stages et CDD, la jeunesse constitue un nouveau prolétariat. »

Merde, c’est le retour des vieux jeunes… de 24 ans maximum, on passe à 34 ans. Ok, le temps passe vite, mais c’est abuser quand même…

Et… les 24% de chômeurs ! Le « point BIT in ya face » est remporté haut la main par notre brave « journaliste ». Petit rappel : 24% de taux de chômage chez les jeunes signifie que 24% des jeunes actifs sont au chômage. Or, les jeunes actifs représentent environ 1/3 seulement des jeunes (eh oui, les autres, ils font des études ou des trucs comme ça et… entre le boulot et les fêtes, les élections, ils y pensent moins… enfin, bon, je spoile encore là). Conséquence : quand tu rencontres 100 jeunes dans la rue, lecteur adoré ou lectrice adorée,  ce ne sont pas 24 qui sont au chômage mais près de 24/3, soit environ 8.
Et c’est là que (je spoile encore) l’interprétation hasardeuse des chiffres est naze. Les jeunes actifs et les autres sont très différents.

Bon, on passe vite fait là dessus :

« la proposition du socialiste et ancien président de l’OMC, Pascal Lamy, d’instaurer un smic jeune aura probablement fait gagner bien plus de voix au FN que tous les prétendues «dérapages» de la droite. »

Un, quand la droite a proposé le smic jeune, jadis, je n’ai pas souvenir d’une hausse notable du score du front (je peux me tromper, mais il eût été alors sympathique de donner ce rappel). Deux, il faudrait prouver qu’entre chômage et smic jeune, les jeunes actifs au chômage opteraient systématiquement pour le premier. Mais ce ne sont que supputations de ma part.

Y a un autre problème fractural :

« Cette lutte des âges se double d’une nouvelle lutte des classes qui divise les jeunes entre eux. D’un côté une jeunesse dorée, «qui a accès à toutes les promesses de la modernité, qui à la monde pour horizon (…) même si cela n’exclue pas un certain égoïsme» (Vincent Tournier). De l’autre, des bataillons de jeunes invisibles souvent relégués dans les territoires ruraux et périurbains ou encore dans des quartiers ghettos où les immigrés sont concentrés. Les tensions ethniques et religieuses viennent alors encore creuser les lignes de fractures »

Relisez bien. La jeunesse,  qu’on a déjà eu du mal à délimiter entre 18 et 34 ans, qui a « majoritairement » voté FN, mais seulement pour 25% du total, ben, en fait, elle est fragmentée. Oui, je sais, ça devient compliqué. Et risible ?

Risible, mais pas drôle. Parce que la jeunesse non dorée, qui n’a pas grand chose, qui est active (sur le marché du travail), qui est minoritaire, sous-éduquée et énervée, c’est bien elle qui vote FN. C’est bien elle qui, contrairement à l’image d’Épinal, manifeste des valeurs à géométrie variable, si je puis-dire, ne correspondant pas aux stéréotypes passés et compatibles avec le conservatisme, la réaction, voire le fascisme, tiens (je frôle le « point diabolisation », je sais).

Bref, une partie de la jeunesse, pas toute la jeunesse, qui est dans de sales draps et ne bossera jamais chez Google, vote FN. Et les autres jeunes, ils font quoi ? C’est une autre histoire. Mais les inclure dans le raisonnement est une bien belle cochonnerie.

Cet article est une grosse daube. Et je suis sûr que des tas de gens adorent et le finissent en pensant avoir appris quelque chose. Sûrement des vieux.

Share Button

1 Commentaire

  1. Voilà qui méritait d’être dit.

    Malheureusement, des articles comme ça, il en sort presque tous les jours dans la presse française, un vrai tonneau des Danaïdes. Ma dernière phrase fait un peu « café du commerce » et devrait s’appuyer sur une étude précise mais, voyez-vous ma bonne dame, je n’ai pas le temps. On pourrait demander à un journaliste de la faire mais je crois qu’ils n’ont pas le temps non plus, ils sont trop occupés à traiter leurs (jeunes) lecteurs de fachos…

Commentaires fermés.