Quand le boniment à la Wauquiez s’avère plutôt fondé

C’est clair, dans la lignée de ce que j’évoquais récemment, Laurent Wauquiez est un bonimenteur. Il joue avec les chiffres comme si la réalité n’existait qu’à peine. C’est un peu le point de vue de Désintox qui démonte encore une fois les propos du ministre. Il lui est reproché ici de grossir la charge supplémentaire qu’occasionnerait une hausse des cotisations sociales visant à financer les dispositifs de départ à la retraite pour les individus ayant connu des carrières longues (proposition de François Hollande) :

« Pour 3 000 euros de salaire net (environ 3 800 euros brut), on parvient (pour une augmentation des cotisations de 0,5%) à une hausse des cotisations salariales de 19 euros par mois, soit 228 euros par an. Le calcul est exact. Mais comment arriver à 500 euros alors ? En fait, Wauquiez double la mise en ajoutant aussi l’augmentation de la part patronale ! Comme si les cotisations patronales étaient aussi déduites du salaire. Ce qui d’un coup fait passer le total, au bout de cinq ans, à 460 euros, que le ministre arrondit à 500 euros. ».

Le calcul est donc exagéré et présenté tel quel, totalement injustifiable. Nonobstant, la funeste prédiction de Wauquiez pourrait se réaliser. Et ceci en raison de ce désagréable phénomène appelé incidence fiscale. En principe, les cotisations patronales sont payées par l’employeur. Mais sur le marché du travail, ce qui détermine la demande de travail est le coût total du travail. Ce qui inclut les charges sociales, quel que soit leur statut (salariales ou patronales). En d’autres termes, une hausse des cotisations patronales peut très bien se solder par une baisse du salaire net compensant la hausse des cotisations patronales. C’est bien le salarié qui paie la hausse des cotisations. Tout dépend de l’élasticité de la demande et de l’offre de travail. Je vous renvoie à cet article de Julien Grenet sur écopublix qui explique tout cela simplement.

Je ne suis pas certain du tout que Wauquiez soit au courant de tout ceci. Une chose est certaine, même s’il n’a pas tort, il a légèrement omis quelques détails pour aboutir à sa conclusion chiffrée « par l’exemple ». Et ce n’est pas très bien comme démarche. On pourra ajouter qu’à force de prendre comme exemple le ménage français moyen de Haute Loire qui gagne 3 000 € nets par mois, on perd pas mal en généralité…

Share Button

6 Commentaires

  1. La différence entre cotisation "patronale" et "salariale" n’existe pas, leur effet est strictement le même à savoir augmenter le coût du travail. Tout le reste est de la pure incantation en s’imaginant par pensée magique que cela aura un effet sur le monde réel.
    Fusionnons les cotisations dont la distinction est une inutilité qui augmente les couts administratifs et en plus induit la confusion dans les esprits.

    Quant à Wauquiez la question est de savoir dans quelle proportions l’augmentation de cotisations sera répartie entre l’employeur (ce qui revient à augmenter le cout de la vie) et l’employé.
    Et ça c’est absolument indépendant du fait qu’une cotisation soit dite "patronale" ou "salariale" ou "machintruc".

  2. Je n’aime pas Wauquiez non plus et effectivement je pense que c’est quelqu’un de très malhonnete intellectuellement (voir par exemple son intervention dans cette émission qui m’avait marquée, tant il a l’air de se foutre du monde http://www.dailymotion.com/video... il intervient a 3’45 )

    Mais soyez surs d’une chose, il est extremement intelligent fr.wikipedia.org/wiki/Lau…
    et je pense que vu ses études et les fonctions qu’il a occupé il connait l’incidence fiscale

    Réponse de Alexandre Delaigue
    Je peux vous certifier qu’on peut avoir eu ce parcours académique et professionnel et ne jamais entendre parler d’incidence fiscale.

  3. Henri, pour avoir fait les mêmes études que lui avec autant et même un peu plus de succès, je puis vous assurer que ça n’est pas une garantie contre la stupidité ! :o)

  4. Henri, si ce garçon avait les mérites que vous lui accordez, il ferait mieux de sa vie que zélote de Sarkozy.

  5. J’avoue également mon antipathie pour le personnage. Mais il suffit de consulter le site de l’INSEE pour savoir que les charges patronales sont comprises dans la VA salariale. Ça doit être a sa portée.

  6. Je risquerais bien une anecdote. J’étais en 6e à Janson de ailly (à l’époque, le lycée englobait toutes les classes). Certains de nos profs avaient leur nom sur les manuel de math ou de d’autre chose – des cerveaux assez brillants pour avoir été nommés à Janson en début de carrière.
    Mais pas fichus de se faire entendre d’une bande de morveux de 10/11 ans! Ce qui ne les empechait pas d’avoir une réputation de grands profs des classes prépas… Intelligence, certes – mais pas toujours en rapport avec la situation. Ceci dit, je suppose qu’il faut avoir une intelligence plus étendue pour être ministre que prof, mais…

Commentaires fermés.