Journée mondiale de la statistique : Pour un "more or less" français

Vous ne le savez peut-être pas, mais en ce 20-10-2010 (quel beau nombre) c’est la journée mondiale de la statistique. A cette occasion, je lance un appel aux télévisions, radios, médias français de manière générale, pour la création d’une émission qui serait instructive, amusante, et qui accomplirait une véritable mission d’utilité publique : une émission, ou une chronique hebdomadaire dans une émission, de décodage des nombres qui font l’actualité.

Quelques exemples de sujets qu’une telle chronique aurait pu traiter, rien qu’avec l’actualité récente :

– Au loto israelien, la même combinaison est sortie à moins de deux mois d’intervalle. Est-ce si exceptionnel? les lecteurs avisés constateront que l’article ci-dessus comprend, sinon des erreurs, au moins de grandes imprécisions (vous pouvez vous amuser à les relever, pas un nombre de l’article ne correspond à l’explication donnée).

– Que signifient exactement les marges d’erreur d’un sondage? A quel point peut-on se fier à ceux-ci, que veulent-ils dire? (oui, je fais ma pub)

– Un chef de service de cardiologie dans lequel est relevé une surmortalité déclare « opposer l’éthique aux statistiques« . Mais d’où peut venir effectivement une telle surmortalité? Courez-vous vraiment des risques à vous faire soigner dans cet hopital?

– Un sujet sur le comptage des manifestants aurait été aussi possible.

De manière générale, l’actualité est nourrie de sondages, de chiffres (délinquance, données économiques, prévisions, études médicales…) qui ne sont que très rarement expliqués et décodés. Les publicités sont envahies de chiffres chargés de convaincre le spectateur. Et l’explication de ces chiffres n’est pour ainsi dire jamais faite, ou alors, abominablement mal (ha, les reportages sur le panier de la ménagère qui augmente, ma petite dame, c’est la faute au passage à l’euro, 10 ans après…). Jamais nous n’avons été autant environnés de nombres, et jamais ils ne sont expliqués simplement et clairement.

Une telle émission de décodage existe, en Grande-Bretagne : c’est l’émission de radio produite par la BBC appelée More or Less, présentée par Tim Harford. Si vous ne le faites pas déjà, vous pouvez l’écouter en podcast. Elle donne l’exemple de ce que peut constituer un programme à la fois distrayant et instructif sur ces questions, mais des tas d’autres formes peuvent être mises en place. Vous êtes une radio, une télé, un journal, vous cherchez un concept original et intéressant? Ce genre d’émission ne coûte pas cher (il suffit d’aller faire des interviews) mais il lui faut des moyens minimum; elle serait vraiment, vraiment utile, et pourrait être destinée à tous les publics.

C’est donc l’appel du jour aux médias français. Voilà un concept qui ne demande qu’à être mis en place. Créez un More or less en France!

Share Button
Alexandre Delaigue

Alexandre Delaigue

Pour en savoir plus sur moi, cliquez ici.

10 Commentaires

  1. Euh… La première erreur, ce serait pas qu’il a calculé la probabilité pour une combinaison donnée de sortir 2 fois, et la présente comme la proba que la même combo sorte 2 fois ?

  2. Tiens c’est marrant, il y a quelques jours je me disais qu’il serait intéressant de créer le "c’est pas sorcier" (avec ces inimitables présentateurs Fred et Jamy) des sciences sociales.
    Mais bon, quand je vois les commentaires sous des articles très didactiques de grands quotidiens, je me dis que c’est craiment pas gagné. L’aspect mathématique des proba et des stats est une porte d’entrée intéressante.

    A quand le paradoxe de Allais expliqué à 17h sur France 3 ???

  3. Ce qui me choc c’est l’avis de l’expert. Les tirages étant indépendants, la probabilité d’avoir la même combinaison est la même que celle d’avoir une autre combinaison. Il aurait du dire la probabilité que deux tirages successifs soit les mêmes est de (proba d’avoir cette combinaison) x (proba d’avoir cette combinaison). Mais la combinaison n’étant pas sorti le tirage d’après, cela n’a aucun sens.

  4. Ah, le comptage des manifestants, je connais, du moins pour ceux qui s’obstinent à défiler à l’écart des autres ; http://www.motomag.com/Reconnais...
    Je cite Fab’, un expert, et qui est comptable, en plus (et c’est vrai) :

    "alors un des rôles aussi des RG, c’est de compter les manifestants. Là encore, c’est souvent des grands moments, ils ont une méthode de comptage qui doit être un peu plus fiable que la nôtre (rire), ils se mettent au premier goulet d’étranglement et ils comptent les motos qui passent. Alors que nous on regarde combien il y a de personnes et on se dit jusqu’à combien ça peut être crédible (rire)."

    N’empêche qu’avec une méthode comme ça, par rapport aux chiffres de la police, on reste dans un écart de l’ordre de 1 à 2. C’est quand même nettement plus serré que la fourchette marseillaise.

Commentaires fermés.